La numérisation, une absurdité ou une opportunité pour l’hôtellerie et la restauration?

proche. compétente.

En préambule, il paraît judicieux d’expliquer les définitions du mot numérique et de ses dérivés, car son interprétation est particulièrement large.

Numérisation: la numérisation est la conversion des informations d'un support (texte, image, audio, vidéo) ou d'un signal électrique en données numériques que des dispositifs informatiques ou électroniques numériques pourront traiter. Les données numériques se définissent comme une suite de caractères et de nombres qui représentent des informations. On utilise parfois le terme franglais digitalisation (transformation digitale) - Wikipedia

Industrie 4.0: le concept d’Industrie 4.0 correspond à une nouvelle façon d’organiser les moyens de production : l’objectif est la mise en place d’usines ou entreprises dites « intelligentes » capables d’une plus grande adaptabilité dans la production et d’une allocation plus efficace des ressources, ouvrant ainsi la voie à une nouvelle révolution industrielle. Ses bases technologiques sont l'Internet des objets et les systèmes cyber-physiques (collaboration d’éléments informatiques)

Au 18ème siècle, des ingénieurs cherchaient à faciliter le travail dans le domaine du textile. C’est à cette époque que la machine à filer était inventée, puis la machine à tisser qui a révolutionné cette économie de l’habillement. Certainement que nos aïeux se sont inquiétés de ces nouvelles techniques. Il s’ensuivit une mécanisation, en particulier l’invention de l’horloge, de la machine à vapeur et plus récemment, le remplacement des bœufs ou des chevaux par des tracteurs dans le domaine agricole. Passons la révolution informatique, car celle-ci est encore dans nos mémoires. Mais on ne peut pas contourner l’arrivée des téléphones portables qui a modifié notre comportement quotidien à tel point que son absence peut créer un problème psychologique à son utilisateur. Le smartphone nous a initiés à de nombreuses applications qui, parmi celles-ci, les applications dites «intelligentes» telles qu’Amazon ou Facebook qui reconnaissent vos besoins et demandes et peuvent ainsi vous proposer d’autres articles ou solutions apparentés.

De nombreux projets et idées ont déjà été présentés dans le cadre de la transition numérique, citons en exemple : la tondeuse robot, le drone, le véhicule autonome, le bancomat et le robot d’aide à la personne.
La restauration connaît déjà différents outils sous forme de robotique. Relevons les fours steamer en particulier qui concernent la production (back office). La transition numérique arrivera dans le domaine de la vente (front office). Les tâches telles que contact téléphonique pour une prise de réservation du jour, placement du client à sa table, présentation de la carte, information sur les allergènes, offre et conseil du jour, prise de commande, facturation, paiement, gestion des outils de fidélité, etc. pourront et devront s’intégrer dans des applications intelligentes.

La baisse de la démographie et la modification comportementale liée au travail, la tendance (du moins en Suisse romande) de fixer des salaires minimums supérieurs à ceux imposés par la convention collective, auront pour conséquence d’une part, de ne plus pouvoir engager et rémunérer des collaborateurs peu ou non qualifiés et d’autre part, d’être confrontés à un manque de main-d’œuvre toujours plus sérieux.
Imaginons que les seules interventions humaines seront de conseiller le client avant la prise de commande, de le servir à table, de le desservir et de s’assurer de sa satisfaction par un clic sur un émoticon.
Ces futurs outils feront certainement grincer des dents de nombreux professionnels et qu’ils s’en inquiéteront comme nos aïeux s’en sont inquiétés auparavant. Mais n’est-ce pas une nouvelle révolution parmi d’autres? Ne souhaitons-nous pas suivre cette évolution numérique? Bénéficierons-nous d’une amélioration de la rentabilité?  N’est-ce pas une nouvelle demande du marché, des clients? Offrirons-nous une simplification et une plus grande rapidité du service?
Voici quelques questions auxquelles les restaurateurs seront confrontés prochainement par la multitude de produits et applications numériques qui leur seront proposés.

En notre qualité de conseillers, nous tenterons de suivre cette évolution et d’apporter des réponses les plus optimales possibles à nos partenaires.


Jean-Louis Donzé
Gastroconsult SA
Responsable du siège de Saignelégier
Spécialiste en finance et comptabilité avec brevet fédéral